BruxellesFabriques
<
>

A la rencontre de Henri Thomaes, typographe d’excellence

Nous sommes partis à la rencontre de Henri Thomaes, typographe dans son atelier-musée à Evere. Henri Thomaes est sans doute l’un des rares à posséder des connaissances exhaustives du métier de typographe.

JPEG - 788.7 ko
Henri Thomaes : sourire et excellence © Emilie Vanderhulst

La famille habitait Oudenaerd. Lorsque’à 14 ans, le père d’Henri lui a demandé de choisir un métier ou de travailler en usine textile, Henri Thomaes choisit l’apprentissage et débute sa formation auprès d’un cousin qui possédait une petite imprimerie à Tirlemont. Il poursuit ses études en internat à Don Bosco Tournai durant 4 ans dont 1 année exclusivement dédiée à l’impression avec un seul professeur.
Agé aujourd’hui de 83 ans, doté d’une personnalité exigeante et sympathique, typographe depuis son enfance, il fut enseignant durant vingt-cinq ans à l’école technique Don Bosco à Woluwe Saint-Pierre.
Cependant et bien que professeur en cette école reconnue, toujours en quête d’affiner son savoir-faire, il a réalisé "incognito" des stages en entreprise auprès d’autres typographes.
L’établissement Don Bosco a formé des générations de typographes, métier aujourd’hui quasi disparu en raison de la montée en puissance de l’informatique et des imprimantes laser.
Ces moyens techniques récents permettent de réaliser des économies d’échelles conséquentes mais la qualité du travail n’est pas toujours comparable.

JPEG - 858.5 ko
Henri Thomaes © Emilie Vanderhulst

JPEG - 806.1 ko
(Les caractères en plomb ont été collectés- et ainsi sauvegardés- par Henri Thomaes © Emilie Vanderhulst

JPEG - 847.3 ko
Méthodique, Henri Thomaes a soigneusement rangé toutes les casses © Emilie Vanderhulst

Dans un local aménagé par ses soins, derrière la très grosse imprimerie-offset Drifosett printing SA, Henri Thomaes a sauvegardé des milliers de caractères dans des « casses ». Après la liquidation de sa propre imprimerie et au moment de l’installation à Evere, il a pourtant du se défaire de 1500 kg de caractères en plomb.
JPEG - 768 ko

JPEG - 809 ko

Il dispose de deux machines d’impressions au moyen desquelles il réalise des travaux à façon pour toute demande, avec une qualité superbe et un soin qui, s’ils devaient être rémunérés, seraient hors de prix.
Son atelier est dans un état de propreté extraordinaire : il n’y règne pas une poussière, pas une tache d’encre…

JPEG - 754.7 ko
Henri Thomaes et son impressionnante reproduction couleur de "Cyb and Rose" par Paul Van Hooyendonck © Emilie Vanderhulst

Henri rencontre à présent un problème tellement fréquent : il avance en âge et devient très soucieux de l’avenir de sa collection. Un projet de 6 ans avec la Bibliothèque Royale n’a pas abouti.
Il connait tout ce qui se fait en Belgique en matière de « musée de l’imprimerie ». Malgré tant d’années d’enseignement, il n’a pu trouver de personne suffisamment passionnée pour prendre la relève. Il faut bien plus qu’une année pour connaitre les rudiments et combien d’années de pratiques ?

JPEG - 722 ko
Henri Thomaes présente avec fierté à Guido l’une des épreuves personnalisée offerte à des hôtes de marque © Emilie Vanderhulst

C’est lui qui nous a contacté pour en parler de son activité et de ses difficultés. Dès lors, faudrait s’atteler à ce témoignage, à ce métier qui est au fondement de tout.

JPEG - 785.4 ko
Henri Thomaes a également édité de superbes photogravures, ici une oeuvre d’Oscar Graf © Emilie Vanderhulst

Bxl Fabriques, c’est aussi la collecte de témoignages. Rencontre avec Henri Thomaes, typographe émérite : http://goo.gl/67Wg5r .

X


X